Appel à contributions aux 24es Controverses européennes à Bergerac

Appel à contributions aux 24es Controverses européennes à Bergerac 
« Agriculture et alimentation : mais que fabriquent les prospectives ? »

Comme chaque année, la Mission Agrobiosciences ouvre un appel à contributions en amont des Controverses européennes, afin d’alimenter le plus largement possible la réflexion et le questionnement. Pour cette nouvelle édition, nous allons nous atteler à notre projection (ou celle de nos enfants) dans le monde de demain.
Il semblerait que, asphyxiés par la « tyrannie du présent », nous soyons quelque peu « en panne d’avenir », et ce malgré la multiplication des prospectives. Comme si un « mur mental » nous empêchait de nous projeter dans le futur, tant les incertitudes et les enjeux à relever nous semblent colossaux dans ce monde de plus en plus complexe.

Vous voulez contribuer ? Merci de répondre en une page à l’une des questions suivantes :

  • De manière générale, envisagez-vous le futur positivement ou négativement ? Et à quelle échéance : 2050, 2070, 2100 ? Quelle idée vous faites-vous du monde à cette époque ? Et sur quoi se fonde votre représentation ?
  • Et concernant l’agriculture et l’alimentation, en particulier ?

A renvoyer à sylvie.berthier@inra.fr, avant le 30 juin 2018.
Après validation, cette contribution sera publiée sur le blog des controverses.

Lire les contributions aux 24es Controverses européennes

3 thoughts on “Appel à contributions aux 24es Controverses européennes à Bergerac

  1. Claude Courty

    Bonjour,

    Qui dit agriculture ne dit-il pas alimentation et par conséquent population humaine ?
    Or pas la moindre trace de la dimension démographique des questions abordées au cours de cette rencontre, même parmi les tags en plus petits caractères.
    Et pourtant ! Si nous étions 250 millions d’humains sur terre au début de notre ère, nous étions 7 milliards à l’orée de l’an 2000 ; nous serons 9 milliards en 2050 et de 11 à 16 milliards au cours du siècle prochain (Source ONU).
    Fameux défi pour l’agriculture, non ?
    Alors pourquoi ne pas aborder – ni même évoquer – la question ? (D’autant qu’il en a été de même lors de la précédente édition des rencontres)
    Lire « Précis de pyramidologie sociale ».

    Cordialement

    Reply
    1. Valérie Péan

      Cette question, comme celle du changement climatique et de l’épuisement des ressources, est transversale à tout le programme; Il en sera question dès
      l’après midi du premier jour.

      Cordialement

      Reply
  2. Claude Courty

    Bonjour,

    À considérer ce à quoi nous sommes le plus sensibles, nous finissons par ignorer – ou pour le moins sous-estimer – l’essentiel, au point d’aggraver le sort de ce et ceux que nous voudrions protéger. Or l’essentiel n’est-il pas l’homme ? Ne serait-ce que dans la mesure où  « Tout être humain est avant toute autre activité ou toute autre opinion un consommateur » (Gaston Bouthoul in Traité de sociologie, tome II, p. 180 – Payot 1968).

    – Les humains qui en poids représentent seulement 0,01% de tous les êtres vivants, continuent de proliférer pendant que 83% de tous les mammifères sauvages et la moitié des plantes ont disparu.
    https://www.theguardian.com/environment/2018/may/21/human-race-just-001-of-all-life-but-has-destroyed-over-80-of-wild-mammals-study
    – 80 milliards d’êtres humains seraient nés sur notre planète. Sur ce total de 80 milliards nés depuis le Paléolithique, 1 sur 5 a vécu au cours des deux derniers siècles et près de 1 sur 10 sera encore en vie en 2025 !
    https://www.science-et-vie.com/questions-reponses/au-total-combien-detres-humains-sont-nes-sur-terre-4942

    Avec la prolifération humaine qui continue obstinément, il est facile de prédire que nous aurons bientôt le choix entre sauver des vies et sauver l’espèce ; et pour cela, de naître moins nombreux et mourir moins âgés, quels que puissent être notre frugalité et nos performances agricoles comme industrielles pour répondre à ses besoins.

    C’est ce qui désigne, à mon avis, le fait démographique humain comme la question centrale de tout effort de prospective, et non le contraire.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *