Controverses 2020 – Les agriculteurs ont-ils encore lieux d’être ?

Des agriculteurs qui ne touchent plus terre… Au sens propre

Les agriculteurs sont face à des difficultés grandissantes pour s’installer, dans une Europe qui ne cesse de perdre des terres agricoles, avec des phénomènes d’artificialisation, de concentration et de renchérissement du foncier. Avec la diminution continue des petites fermes – quatre millions entre 2003 et 2013 – et le départ à la retraite de plus de 3 millions de chefs d’exploitation dans les dix ans à venir, c’est  l’effacement pur et simple des agriculteurs qui se joue actuellement au sein de l’espace communautaire.

Une perte de leurs raisons d’être

En plus de difficultés économiques et sociales, voire d’une détresse conduisant un grand nombre d’entre eux au suicide, les agriculteurs voient peu à peu leurs pratiques, leur légitimité et leur activité mêmes de gestionnaire du vivant tomber en désuétude : ainsi, de la viande synthétique au café moléculaire, c’est dans les labos et les start-up que se prépare une partie de notre alimentation future ; dans une tout autre logique, l’élevage est puissamment remis en cause par le changement de regard porté par nos sociétés sur l’animal et la radicalisation de mouvements antispécistes. Et que dire des promesses des biotechnologies, de la robotique, du numérique voire de l’intelligence artificielle induisant la fin d’un grand nombre d’emplois agricoles ? Ou encore des fermes verticales et autres pistes urbaines hors sol ? Sans oublier la tension entre petites paysanneries de survie et agricultures de firmes financières à l’œuvre dans bon nombre d’États membres… La disparition des agriculteurs est-elle inéluctable ?  Quels effets sur l’alimentation, les territoires ruraux et ceux qui y vivent ? Sans élevage, que deviennent les animaux et les milieux naturels ? Que font La PAC et les politiques publiques agricoles ?

Un événement ouvert à tous

Sur tous ces sujets, deux jours et demi d’interventions, de tables rondes et de débats dresseront l’état des lieux en Europe, poseront les questions qui fâchent, aborderont  sans tabou les conséquences et les solutions possibles.

Organisées par la Mission Agrobiosciences-Inra, avec l’appui de la Région Nouvelle-Aquitaine, du Département de la Dordogne et de la Ville de Bergerac ainsi qu’avec la participation du Groupe local de réflexion, les Controverses européennes sont ouvertes à tous les publics – acteurs de l’agriculture et de l’alimentation, chercheurs, formateurs et étudiants, responsables administratifs ou politiques, associations, journalistes, sans oublier tout citoyen intéressé par la thématique.

Tarifs :
– 20€ pour les mercredi 22 et jeudi 23 juillet, comprenant déjeuners et apéritifs,
– 10€ hors déjeuners,
– Matinée du 24 juillet gratuite.

… Inscriptions prochainement ouvertes sur notre site.

Renseignements : valerie.pean@inra.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *