Les 25es Controverses à l’heure de Bond…

Partenaire des Controverses européennes depuis la 20e édition, la Fédération Nationale des Cuma (FNCuma) est le représentant français du projet européen Bond. Piloté par l’Université de Coventry, financé par le programme européen Horizon 2020, ce projet regroupe 17 organisations européennes – organisations agricoles et rurales, universités, FAO –  qui vont collaborer pendant 3 ans.

Objectif ? Œuvrer au renforcement des réseaux et organisations collectives agricoles en Europe, notamment en Europe centrale. Ils seront présents aux 25es Controverses européennes. Portrait d’un partenariat.


Bond aux Controverses : un projet résolument européen

Lancé dans le cadre de l’appel à projet Horizon 2020, Bond a été conçu pour « développer le niveau d’organisation collective des groupes et réseaux dans le secteur agricole en Europe ». Concrètement ? Après une phase dédiée à des séjours d’étude, plusieurs partenaires du projet organisent un groupe de travail multiacteurs pour phosphorer sur la question du collectif et s’entendre sur des préconisations. Une dizaine de groupes de travail doivent ainsi avoir lieu en 2019, du Portugal à la Moldavie en passant par l’Espagne, la Pologne, la Roumanie ou la Hongrie.

C’est à Bergerac, au moment des Controverses européennes, que la FNCuma, partenaire français du projet, a souhaité que se déroule le sien. Dans ce cadre, certaines organisations partenaires du projet – hongroise, roumaine, espagnole, portugaise – assisteront aux Controverses européennes le mardi 16 juillet puis participeront, le lendemain, au groupe de travail BOND – « Relocalisation de la valeur ajoutée : parlons-nous le même langage (collectif) européen ? ». Des agriculteurs membres du projet interviendront également à la tribune des Controverses européennes à l’instar de Marc Chapolard, élu aquitain de la FNCuma, et Dan Cismas, d’Eco-Ruralis. 

Des acteurs venus de toute l’Europe

Sont attendus, les 16 et 17 juillet des représentants de plusieurs organisations européennes :

  • La Fédération nationale des Coopératives d’Utilisation de Matériel Agricole ;
  • Kislépték (Hongrie) : cette organisation créée en 2013 par des organisations agricoles, rurales et d’entrepreneurs ruraux vise à améliorer la prise en compte des petits agriculteurs en facilitant le dialogue avec le Ministère, la recherche, et les universités.
  • Eco-Ruralis (Roumanie) est une association d’agriculteurs qui défend une petite agriculture traditionnelle et agroécologique.
  • La Coordinadora Campesina del País Valencià – Coordinadora de Agricultores y Ganaderos est une organisation espagnole aux commandes de laquelle vient d’arriver un groupe de jeunes agriculteurs et agricultrices. Ceux-ci travaillent notamment sur les systèmes alimentaires de proximité et les systèmes participatifs de garantie.
  • La Confederaçao Nacional da Agricultura (Portugal), qui regroupe 52 organisations agricoles, est une vaste organisation dédiée à l’agriculture familiale. Elle a une délégation de pouvoir de l’Etat pour des missions liées aux aides, à l’appui sur le système de paiement direct, les mesures de marché ou les mesures d’appui au développement rural.
  • La modération des échanges sera assurée par une personne de la FAO, également membre du projet.

Au programme du groupe de travail BOND

  • Lundi 15 juillet :

Organisation de visites dans le bergeracois avec la FD Cuma de Dordogne.

  • Mardi 16 juillet 

Le matin : participation des partenaires Bond aux 25es Controverses européennes 

L’après-midi : groupe de travail BOND : retour sur la matinée, et échanges sur les notions d’agriculture familiale et de collectifs dans les différents contextes nationaux.

  • Mercredi 17 juillet

Le matin : Tour d’horizon des enjeux liés à la relocalisation de l’économie, leurs conséquences sur les modes collectifs d’organisation (séquence ouverte aux participants des Controverses qui le souhaitent). 

Après-midi : validation d’éléments de langage communs et recommandations. Préparation de la signature d’un Protocole d’Entente.

Contact : Christine FERRIER, christine.ferrier@cuma.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *